à propos

Christelle Téa née en 1988.

Entre 2010 et 2015, elle a été élève dans l’atelier de Patrick Tosani et de Jean-Luc Vilmouth aux Beaux-Arts de Paris où elle a également suivi les cours de Philippe Comar et Didier Semin.

Titulaire du DNSAP (Diplôme National Supérieur d’Arts Plastiques) avec Félicitations du jury aux Beaux-Arts de Paris en juin 2015.

Son travail s’articule essentiellement autour du dessin et de la photographie.

Passionnée de musique (elle pratique le chant lyrique dans la classe d’Alexandra Papadjiakou au Conservatoire du XVIe), elle a réalisé une série de dessins de chanteurs et d’instrumentistes de l’Orchestre National de l’Opéra de Paris, dessins qui ont été exposés à la médiathèque de l’Opéra Bastille en mai 2012.

Par ailleurs, combinant montages photographiques et dessins, elle a réalisé de grandes fresques, inspirées d’airs d’opéras comme Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach ou encore Faust de Gounod, dans lesquelles elle se met elle-même en scène. Travail qu’elle compte développer.

Elle est l’auteur de plusieurs performances chantées, notamment Carte Blanche à la Chapelle des Petits-Augustins au Beaux-Arts de Paris, en 2011, et, Lady, à l’Amphithéâtre d’honneur et à l’Amphithéâtre de morphologie aux Beaux-Arts de Paris en 2012. En 2014, elle a effectué un séjour d’étude de six mois aux Beaux-Arts de Pékin (CAFA). Lors de ce séjour, elle a réalisé de nombreux dessins sur le vif dans la ville, dans les musées, dans les hutongs, sur les marchés et dans les rues. En 2015, elle participe au workshop organisé par Jean-Luc Vilmouth et Clélia Zernik, Nature and Me pour la Triennale d’Echigo-Tsumari au Japon. En 2016, elle est en résidence d’artiste au musée Jean-Jacques Henner à Paris.

Aujourd’hui, elle se consacre essentiellement à réaliser des portraits dessinés sur le vif de personnalités diverses (artistes, collectionneurs, artisans, scénographes, chefs d’orchestre, instrumentistes, fonctionnaires, historiens, etc.). Elle les représente dans leur atelier, leur bureau ou chez eux, attachant une attention toute particulière au cadre dans lequel ils travaillent ou vivent, appréhendé comme l’expression de leur personnalité. Ce sont des portraits en situation où le modèle est toujours figuré dans son « milieu ». Cette série de portraits est réalisée sur des feuilles de format raisin (50 x 65 cm), à l’encre de Chine, sans dessin préparatoire ni repentir. Elle ne cherche pas le réalisme au sens photographique, bien au contraire. Pour elle dessiner, c’est choisir – choisir dans la complexité du réel les éléments les plus signifiants. C’est-à-dire décanter la réalité pour faire surgir l’essence de ce qu’elle perçoit. Chaque dessin lui demande entre six et dix heures de travail.

 

ENGLISH VERSION

Christelle Téa was born in 1988. 

From 2010 to 2015 she was a student of Patrick Tosani’s studio and Jean-Luc Vilmouth’s studio at the Beaux-Arts in Paris where she also followed the courses of Philippe Comar and Didier Semin. 

She graduated with highest honours (diploma entitled Diplôme national supérieur d’arts plastiques (DNSAP) at the École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, in June 2015.

Her work mainly involves drawing and photography. 

She is passionate about music (she does lyrical song at the music school with Alexandra Papadjiakou in the 16th arrondissement in Paris), she created a series of drawings featuring the singers and the instrumentalists from the National Orchestra of Opéra de Paris. Those drawings were exhibited in the Library of the Opéra Bastille in May 2012.

Combining photographical assemblies, she produced a colossal fresco inspired from the opera songs from Les Contes d’Hoffmann by Offenbach and Faust by Gounod (chalk drawings on the black chalkboard in Beaux-Arts de Paris). Frescoes in which she herself appears. This is one of the artworks that she intends to develop.

She is the author of many song performances, such as Carte Blanche, at the Chapel of the Petits-Augustins at the Beaux-arts de Paris in 2011, and Lady at the high auditorium and the Morphology auditorium of the Beaux-arts de Paris in 2012.

In 2014, she did an academic exchange program for four months at the CAFA Fine Arts School of Beijing 中央美术学院. During this exchange program, she produced sketches in many places in the city, including streets, museums, hutongs and street markets. In 2015, she participated in the workshop entitled Nature and Me, which is organised by Jean-Luc Vilmouth and Clélia Zernik, for the Echigo-Tsumari Triennale in Japan. 

Today, she enthusiastically devotes her time and energy to drawing and capturing on the spot the portraits of various personalities (e.g. artists, collectors, artisans, scenographers, orchestra maestros, instrumentalists, historians, employees). She is attentive to every detail and draws them in their workshops, offices, or homes. She pays particularly special attention to their working environment where they spend most of their time thinking, working, living, and doing any other activities in a place that symbolizes one facet of their character. These portraits are live portraits where the model is meticulously captured on the spot in his or her ‘world’. This series of portraits was created on ‘royal format’ paper (50 x 65 cm), with Chinese ink and without any preparatory drawings, and remorselessly. She is not looking for realism in the photographic sense, quite the contrary. For her, drawing is choosing – choosing the most significant elements among the complexity of the real. In other words, it is about decanting reality to bring out the essence of what she perceives. 

Each drawing requires between six and ten hours of work.

%d blogueurs aiment cette page :